« Article suivant Article précédent »

[Journée 31 - retard]  METZ 2-3 PSG

Au bout du temps additionnel, Blaise Matuidi a offert un succès crucial au club de la capitale. Avec caractère, Paris revient à hauteur de Monaco, qui devra aussi jouer un match en retard. La pression est sans relâche. Et les Parisiens ont un atout : le panache !

LE FILM DU MATCH : PARIS SUR UN FIL !
Et la folie s’est emparée de Saint-Symphorien…On joue le temps additionnel, Paris vient d’éviter la correctionnelle sur un coup-franc de Jouffre renvoyé par la transversale (90e+1), et Matuidi surgit. La furia messine a renversé cette partie insensée et Matuidi le gladiateur devient Blaise le sauveur. En une fraction de seconde, le poumon de l’entrejeu arrache les 3 points de la victoire…avec le cœur, d’une tête à ras du poteau, sur un service de Pastore (2-3, 90e+3) ! Le rejet de la résignation, assorti d’une bonne dose d’abnégation : sur son va-tout, Paris est revenu de nulle part, et reste surtout en vie dans la course au titre. Un énorme frisson comme clou du spectacle : à vrai dire, personne n’aurait présagé pareil dénouement…

En première période d’abord, l’empressement parisien à prendre les devants s’était respiré. Directeurs du jeu, les Parisiens imposent un siège total aux Grenats. Paris culmine à 85% de possession, Metz est cantonné dans ses 35 mètres, et forcément la menace flotte. Plane même, comme…Cavani, qui sur un centre déposé par Maxwell trouve l’ouverture d’une tête smashée (0-1, 33e) ! El Matador version collector, puisqu’avec 30 buts en Ligue 1, le goledor dépasse là son meilleur total sur une saison en championnat. L’Uruguayen vient de faire sauter le verrou, et la voie est alors libre pour sceller la supériorité. 3 minutes passent, Maxwell distille sa deuxième offrande de la soirée à Matuidi, qui breake au premier poteau (0-2, 36e) !

Unai Emery apprécie, pour sa 50e officielle sur le banc. Les minutes défilent, la physionomie stagne, jusqu’à ce coup-franc enroulé de Jouffre, qui relance les débats (1-2, 78e). Avant de basculer dans l’irrationnel. De la semelle, Diabaté égalise, faisant alors chavirer Saint-Symphorien (2-2, 88e). On connaît la suite, et ce finish en apothéose. En s’imposant pour la 8e fois d’affilée à l'extérieur en Ligue 1 - un record - Paris est donc revenu temporairement à hauteur de Monaco, et distance substantiellement Nice, désormais à 4 unités. Et au regard du scénario, les champions de France ont signifié qu’ils resteront cramponnés à leur quête d’une 5e étoile hexagonale d’affilée. Jusqu’au dernier souffle.

image 1 actualitéimage 2 actualité

L’IMAGE DU MATCH : MATUIDI, UN DOUBLÉ MIRACULÉ
La célébration a été à la hauteur du soulagement. En venant couper un centre de Pastore, Matuidi a délivré tout le camp parisien, pouvant alors laisser éclater sa joie. Passé par toutes les émotions, Blaise a choisi ce rendez-vous pour doubler ses stats au rayon efficacité. Du gauche, puis d’un coup de casque salvateur, l’international français a inscrit ses 3e et 4e buts en Ligue 1 cette saison. Et c’est peu de dire que sa dernière réalisation vaut de l’or !

LE PROCHAIN ÉPISODE
Dès samedi, les champions de France auront l’occasion de virer en tête de Ligue 1 pour la première fois. A la veille des déplacements de Nice (à Toulouse) et Monaco (à Lyon), Paris recevra en préambule Montpellier (17h, au Parc). Et en cas de succès, le leadership deviendrait alors mathématiquement parisien. A minima provisoirement, mais nul doute qu’une victoire face aux Héraultais maintiendrait le tandem azuréen sous pression. Alors c’est certain, ce week-end on votera…Paris !

Le 25/04/2017 à 05h00 par Toma421

Source : www.psg.fr