« Article suivant Article précédent »

[Journée 30]  PSG 2-1 LYON

Par le jeu, et avec Pastore dans son costume de métronome, Paris s’est imposé face à un OL aux solides intentions. Poussés par un Parc grandiose, les hommes d’Unai Emery recollent à trois points de Monaco.

LE FILM DU MATCH : ÇA, C’EST PARIS !
Si un Paris-OL s’annonce par essence attrayant, le pedigree - résolument offensif - des deux formations annonçait un vrai beau spectacle. Bon présage ! Intentions de jeu, scénario indécis et une dose de génie : on a eu le droit à une soirée colorée. L’histoire de ce choc, c’est d’abord celle d’un flottement. Dans le premier quart d’heure, Paris subit les vagues lyonnaises. Prématurément donc, Lacazette émerge sur corner et coupe la trajectoire au deuxième poteau (0-1, 6e). Chahuté, le navire parisien frôle même l’avarie, mais Maxwell intervient sur sa ligne devant Diakhaby, pour un sauvetage salutaire (9e). C’est explicite : Lyon est monté dans la capitale pour jouer, alors Paris va s’élever d’un cran. 15 mètres plus haut sur le terrain, les hommes d’Emery haussent surtout le tempo. Rabiot accélère côté pressing, Verratti booste les transmissions. Quant à Pastore…

Alerté côté droit, le métronome argentin réalise un une-deux avec Di Maria avant d’adresser un centre pour Rabiot, qui conclut l’offrande (1-1, 34e). Revenu à hauteur, le club de la capitale goûte de nouveau à la frayeur en contre, mais Trapp se dresse sur la route de… Memphis, et c’est l’OL qui déchante (39e). D’autant que dans la continuité, Pastore et sa vista sont de retour. En une touche, le numéro 10 parisien distille un service parfait pour Draxler, qui double la mise dans l’axe (2-1, 40e). Un bonheur de combinaison. Spectaculaire, ce premier acte laisse place à 45 minutes là encore disputées. Di Maria (55e) et Cavani dans la surface (61e) ne surprennent pas Lopes. Pas plus que Matuidi qui manque le cadre d’un cheveu (83e) ou encore le tandem Lucas-Cavani, en contre (88e). De ce duel intense, un sourire se dégage finalement, à l’éclat rouge et bleu. Invaincu depuis 12 matches, Paris revient à 3 longueurs de Monaco dans la course au titre, et prend 4 unités d'avance sur Nice. Un duel à distance semble plus que jamais se dessiner…

image 1 actualitéimage 2 actualité

L’IMAGE DU MATCH : PASTORE, SUR UN PLATEAU !
Ce soir, le numéro 10 parisien avait décidé d’apposer son label qualité. C’est inné : il a cette facilité à se mettre dans le sens du jeu. A l’inventer même parfois. En 6 minutes, il aura réussi à faire basculer cette partie. Avec une authentique magie. D’abord en sollicitant un relais avec Di Maria, avant d’adresser un caviar à Rabiot (34e). Puis sur ce service lumineux pour Draxler, dans l’axe (40e). Deux inspirations géniales qui illustrent sa singularité, celle d’un crack. Quand il évolue à ce niveau, El Flaco (Le Maigre), prend décidément une épaisseur considérable.

LE PROCHAIN EPISODE
En mars, le volet « compétition » s’est refermé ce dimanche à 23h, pour ouvrir une fenêtre internationale. 13 jours passeront désormais, avant un sommet au Parc OL…mais sans Lyonnais cette fois. Dès le 1er avril, Paris et Monaco se retrouveront dans le Rhône, pour se disputer la 23e Coupe de la Ligue. Et face aux joueurs de la Principauté, nos Parisiens auront à cœur de défendre leur triple couronne. L’hégémonie hexagonale passera (d’abord) par là…

Le 26/03/2017 à 05h10 par Toma421

Source : www.psg.fr