« Article suivant Article précédent »

[Journée 28]  PSG 1-0 NANCY

Sur un fil, Paris est venu à bout de Nancy, grâce à un penalty transformé par Cavani. Dans la douleur mais surtout au mental, les Parisiens enfilent donc provisoirement le costume de coleaders. C’est officiel : le sprint est lancé !

LE FILM DU MATCH : UNE FRAYEUR, PUIS UN SOURIRE !
Qu’il fut dur à fissurer ce mur lorrain ! Longtemps, on a cru revivre le scénario d’il y a 13 jours, face au rempart toulousain (0-0). Une physionomie familière, faite de possession de balle despotique (74%) et de percussions ponctuelles du onze parisien sur la cage adverse. En première période, l’ASNL se réfugie derrière une robuste cloison bâtie par Correa, cimentée en 5-4-1 en configuration défensive. Sous la pluie battante, le paravent nancéien résiste chronologiquement à une chevauchée de Lucas (7e), à un missile de Pastore boxé par Chernik (28e), ou à cette incursion de Cavani (40e). Paradoxalement, l’opportunité la plus criante de ces 45 premières minutes est à mettre à l’actif de Maouassa, qui oblige Trapp à se détendre à l’horizontale (15e). Malgré l’activité de Guedes ou l’implication d’El Flaco comme plaque tournante, les Lorrains tiennent à la pause le nul qu’ils sont venus chercher dans la capitale.

Après le repos, les Champions de France intensifient leur chantier offensif. La montre tourne, alors la pression redouble. Cavani de la tête sur un service d’un Guedes plein de promesses (53e) Aurier dans son couloir droit (56e) : Chernik, le portier lorrain, devient l’élément le plus sollicité. Cerné, le onze promu subit, mais ne flanche toujours pas. Illustration à 80 mètres de là… Sur un contre emmené par Ait Bennasser, Busin fait passer un vent glacial sur le Parc, en trouvant les deux poteaux (75e) ! Le virage à 180 degrés dans cette partie. 4 minutes du plus tard, Aurier, déséquilibré par Chernik, obtient un penalty et inverse totalement les émotions. De la frayeur, Paris passe au bonheur, sur la transformation signée Cavani, pour son…27e but en L1 (1-0, 80e) ! S’il n’est pas le plus spectaculaire, il est indéniablement importantissime, puisqu’il vaut 3 points capitaux !

Désormais invaincus depuis 10 matchs en championnat, les Parisiens recollent provisoirement sur le leader monégasque, avec 62 unités. De quoi s’envoler pour la Catalogne l’esprit soulagé. Et conquérant.

image 1 actualitéimage 2 actualité

L’IMAGE DU MATCH : 4 MINUTES RENVERSANTES !
Si l’on a souvent retenu notre souffle en cette fin d’après-midi, on a carrément manqué d’air, par deux fois, en 4 petites minutes. Alerté côté gauche, Busin a d’abord époumoné le Parc, sur un enchainement devant Trapp, sauvé in extremis par…ses deux montants (75e) ! Verni, Paris va voir le sort définitivement basculer en sa faveur, à la 79e minute. En percussion, Aurier pousse Chernik à la faute. Et à la finition, on retrouve El Matador, pour appliquer la sentence. Oui, dans ce dernier quart d’heure, la bonne étoile était parisienne.

LE(S) PROCHAIN(S) ÉPISODE(S)
4 jours, 96 heures ou 5760 minutes : tout dépend de votre degré d’impatience, mais le compte à rebours est lancé avant le choc titanesque. Mercredi (20h45), le Barça et ses 99 000 socios attendront Paris et son quadruple avantage, en 8e de finale retour de la Champions League. LE match de la démesure. Suivra un autre déplacement, à Lorient (L1, J29), le dimanche suivant (21h), pour boucler une semaine frissonnante…

Le 05/03/2017 à 03h45 par Toma421

Source : www.psg.fr