« Article suivant Article précédent »

[1/8 de Finale]  NIORT 0-2 PSG

Dans des conditions météorologiques épineuses, Paris s’est sorti du piège niortais, en fin de match. Entrés en jeu, Cavani et surtout Pastore ont changé le cours de cette partie. Direction les quarts pour le club de la capitale !

LE FILM DU MATCH : PARIS RÉSISTE MEME AUX INTEMPÉRIES
Au Vélodrome dimanche, il avait aimanté les regards, signant son comeback d’une prestation majuscule. Trois jours plus tard, Javier Pastore a scellé la tendance : le revoilà en pleine possession de ses moyens ! Entré en jeu à la 73e minute, El Flaco aura eu besoin de 5 minutes pour attirer une lumière décidément réfléchissante le concernant. Sur un coup-franc excentré frappé par Nkunku, l’Argentin aux 6 mètres a coupé la trajectoire et délivré le camp parisien (0-1, 78e). Avant de glisser dans les dernières secondes une offrande pour Cavani, buteur insatiable (0-2, 90e+2). Une double éclaircie bienvenue, au cœur de la tempête, à proprement parler. Si la Coupe de France réserve traditionnellement son lot de pièges, on peut qualifier ce déplacement à l’ouest de véritable bourbier. Il n’est pas question ici de minimiser l’adversité niortaise, mais les éléments ont clairement penché en défaveur des doubles tenants du titre parisiens. A la limite du praticable, le terrain a indéniablement handicapé les acteurs de ce duel.

Entre deux bourrasques, le onze de la capitale - profondément remanié - aura longtemps buté sur des Chamois accrocheurs. Meunier en force (11e), Marquinhos de la tête (16e), on encore Guedes (30e) ont d’abord tourmenté Desmas. Après la pause, une pluie d’occasions s’abat sur la cage du portier niortais, à l’image de cette tentative d’Augustin (58e) ou de cette volée de Kimpembe (73e), sauvées in extremis. On connaît la suite, et l’effet de l’anticyclone Pastore, dévastateur pour les challengers niortais. En toute fin de partie, une image symbolise cette soirée. Lucas croit marquer dans le but vide, mais son ballon est arrêté net à quelques centimètres de la ligne par…la boue. A contrario, le Paris Saint-Germain n’est lui pas stoppé dans son élan et enregistre là son 15e succès de rang en Coupe de France. Voilà donc la tornade parisienne prête à affronter les quarts de finale !

image 1 actualitéimage 2 actualité

L’IMAGE DU MATCH : SALE TEMPS POUR LES TECHNICIENS…
Pour le spectacle, on repassera. Ce 8e de finale s’est disputé dans des conditions dantesques. Gorgée d’eau, la pelouse de René-Gaillard s’est délitée au fil des minutes. Sous le déluge, les Draxler ou autre Guedes ont donc eu beaucoup de mal à réciter leur football, à consonance technique. Le vent tourbillonnant n’arrangeant rien, les valeurs ont été nivelées, tout au long de cette affiche en une manche. Dans les Deux-Sèvres, les cieux n’étaient décidément pas propices à l’expression des footballeurs…

LE(S) PROCHAIN(S) EPISODE(S)
Le billet désormais composté, Paris connaîtra dans quelques heures l’identité de son adversaire au prochain tour. Une certitude déjà : rendez-vous est pris le 4 ou 5 avril prochain pour le quart de finale de cette 100e édition de la « Vieille Dame ». A savoir quelques jours après…la finale de la Coupe de la Ligue, face à Monaco. D’ici là, le championnat s’inscrira plusieurs fois à l’agenda. A commencer dès samedi (17h), face à Nancy, au Parc. Pour tenter de se hisser provisoirement à hauteur du leader monégasque…

Le 05/03/2017 à 03h35 par Toma421

Source : www.psg.fr