« Article suivant Article précédent »

[Journée 26]  PSG 0-0 TOULOUSE

Malgré une domination sans conteste, Paris n’a pas réussi à faire plier un TFC valeureux défensivement. Stoppé dans son élan, le club de la capitale ne surfe pas sur l’« effet Barça » et reste à 3 longueurs du leader monégasque.

LE FILM DU MATCH : PARIS PAS VERNI
Après avoir tutoyé les étoiles face au Barça, Paris revenait à un quotidien plus « terrestre », focalisé sur la planète Ligue 1. Concrètement, il aura fallu 45 minutes aux bourreaux des Catalans pour passer en mode occitan. Le temps de jauger un 4-3-3 toulousain discipliné. Côté parisien, coach Emery avait profondément remanié son onze (5 changements par rapport au Barça), mais on retrouve rapidement des visages bien connus dans les premiers rôles. Une superbe combinaison entre Lucas et Rabiot met une première fois à contribution Lafont (14e), alerté dans la continuité par Cavani (16e). Dans cette première demi-heure, Paris confisque le ballon (78% de possession), mais Toulouse a du répondant, à l’image du tandem Trejo-Delort, aussi remuant que menaçant. Sur les ailes, Draxler et Lucas rivalisent d’ingéniosité pour créer des décalages, mais le verrou est fermé à double tour dans ce premier acte disputé, à défaut d’être abondant (1 tir cadré de part et d’autre).

Pour s’enthousiasmer, il faut laisser passer les 15 minutes de repos. Dans l’allant, Paris est alors métamorphosé, comme transfiguré aussi par l’entrée en jeu de Verratti. La machine rouge et bleu lancée, on assiste alors à une cascade de situations sur la cage de Lafont. A la parade au sol devant Cavani, le portier du TFC est ensuite sauvé par son poteau (52e) ! Il manque un brin de réussite, qui va fuir également Marquinhos, dont la tête sur corner est stoppée sur la ligne par… Kimpembe (68e) ! La chance qui choisit encore son camp, sur ce ballon dévissé par Jullien, tout près de tromper son gardien (84e). Paris harcèle, Paris pousse, jusqu’au terme des 6 minutes de temps additionnel, mais les hommes de Dupraz ne cèdent pas. Mathématiquement, Paris manque donc l’occasion de grappiller des points sur Monaco. Avant le classico, les Parisiens restent dauphins, à 3 longueurs du club de la Principauté.

image 1 actualitéimage 2 actualité

L’IMAGE DU MATCH : ET POURTANT, VERRATTI A TOUT MIS…
On laisse forcément de l’influx dans un choc face au Barça. Même Verratti n’échappe pas à la règle, et l’Italien avait donc débuté cette partie sur le banc. Lancé dans le bain à la pause, le maestro transalpin a mis quelques secondes pour faire basculer son équipe vers un tout autre rayonnement. Le football se joue à 11, mais avec Marco c’est nettement plus simple ! Passes cachées, récupérations, verticalité, fluidité : son apport a été contagieux. 74 ballons touchés pour celui qui aimante, aspire le cuir. Une entrée fracassante, mais même avec lui, Paris n’a finalement pas trouvé la clé. D’un rien.

LE PROCHAIN ÉPISODE
C’est une première depuis un mois : Paris ne se produira qu’une seule petite fois la semaine prochaine. Un micro évènement en soi. Qui devient un maxi challenge hebdomadaire, au regard de l’affiche ! Dimanche à 21h, les champions de France se dresseront face à un OM revigoré (6e, 39 pts). Pour tenter d’accrocher un 4e succès de rang dans le classico au Vélodrome…

Le 22/02/2017 à 00h50 par Toma421

Source : www.psg.fr